JÉRÉMIE HONNORÉ, PIANO ET DIRECTION ARTISTIQUE

  • Né en Provence, le pianiste Jérémie Honnoré grandit et passe toute son enfance dans une ferme, au contact de la nature. Il entre au Conservatoire Darius Milhaud d’Aix-en-Provence à l’âge de 15 ans, et y obtient ses premiers prix de piano, musique de chambre et formation musicale. Il étudie ensuite au Conservatoire National de Région de Montpellier, dans la classe de Patrick Zygmanowski, avant d’intégrer l’Ecole Normale de Musique Alfred Cortot à Paris (il y suit les cours de piano, musique de chambre, déchiffrage, analyse et pédagogie du piano). De septembre 2004 à juin 2006, il se perfectionne auprès de Mûza Rubackyté au célèbre Conservatoire Russe de Paris Serge Rachmaninov et effectue un séjour de trois mois au Conservatoire Royal de Bruxelles, dans la classe de Michael Faerman. De 2006 à 2010, Jérémie parfait ses études à San Sebastian, au Centre Supérieur de Musique du Pays Basque Musikene, dans les classes de Miguel Ituarte puis de Marta Zabaleta et Miguel Borges en piano, celle de Daniel Del Pino en piano contemporain et celle de Loïc Maillé en improvisation. Pendant ce cycle supérieur, Jérémie aura le plaisir de s’initier à d’autres formes artistiques comme le chant lyrique, le clavecin et le théâtre. Parallèlement à ses études, il a suivi fréquemment des sessions de perfectionnement, et reçu les conseils de pianistes tels que Igor Laszko, Prisca Benoit, Pascal Devoyon, Edson Elias, Jean-Louis Haguenauer, Bruno Rigutto…
    Passionné de musique de chambre et d’accompagnement lyrique, Jérémie Honnoré partage la scène avec des musiciens comme Amanda Favier, Yann Dubost, Marina, Guillaume Coppola, Isabelle Durin, Cécilia Bercovich; des artistes lyriques tels que Johanne Cassar, Francis Dudziak, Anna Holroyd, Reine-Grâce Oth-Essike.
    Il a eu le plaisir de se produire à Pontoise dans le cadre de Piano Campus, au Festival International de Dinard-Côte d’Emeraude, à la Halle aux grains de Blois, au Carré d’Art de Nîmes, au festival Les Rendez-vous de Rochebonne, au festival du château de la Légion d’Honneur (Puy sur Vannes), au palais Miramar de San Sebastian… Dernièrement, il a collaboré avec le comédien-chanteur Olivier Martin-Salvan pour une série de représentations du spectacle Ô Carmen, au théâtre du Grand Marché à Saint Denis de La Réunion.
    A la recherche de nouvelles sonorités en musique contemporaine, Jérémie Honnoré découvre, il y a peu, l’instrument toy piano (piano-jouet) grâce à la Suite de John Cage. Depuis un an, il explore le répertoire de cet instrument et travaille à la réalisation d’un catalogue des œuvres composées pour et avec le toy piano. Intéressé par la pédagogie, Jérémie débute l’enseignement du piano, dès l’âge de 20 ans et organise fréquemment des rencontres pédagogiques estivales autour du piano.
    Sensible à la rencontre et au partage, Jérémie Honnoré convie très tôt ses amis musiciens à venir se produire dans le cadre de petits concerts privés dans la ferme familiale. En 2008, l’aventure deviendra officielle avec la création du premier festival de musique de chambre de Lançon-Provence : Musique à la Ferme. N’hésitant pas à rompre les barrières, Jérémie fait se côtoyer dans une chèvrerie, le temps de quelques soirées exceptionnelles, musiciens, public et chèvres. Toujours animé par la volonté de démocratiser et de délocaliser les concerts ‘classiques’, Jérémie assure également la direction artistique de Musique à l’Abbaye, les Rencontres Patrimoine et Musique de l’Abbaye de Sainte Croix à Salon de Provence, créé en 2011.

  • PIERRE VILLA-LOUMAGNE

  • Pierre Villa-Loumagne, baryton et scénographe

    Après des études scientifiques et musicales, Pierre Villa-Loumagne s’oriente vers le chant, et particulièrement vers la scène lyrique, trouvant ses premiers rôles au théâtre du Châtelet (Paris) et parcourant l’Europe (notamment les Pays-Bas) et les USA.

    Familier d’Offenbach (Le voyage dans la lune, Le 66, Le violoneux, Tromb’al’ca’zar), il sert aussi Haendel (Alceste) ou Purcell (Didon et Enée) et surtout Mozart, dont cinq ouvrages sont à son répertoire, de Cosi fan Tutte aux Noces de Figaro de La flûte enchantée à Don Giovanni et à La finta Semplice.

    L’opéra contemporain l’amène à Besançon, Reims, Mexico, Massy et Angers avec Les Marimbas de l’exil (Luc Le Masne), La chouette enrhumée (Gérard Condé) et Hatim le généreux (Régis Campo).

    Il campe un roi Pausole remarqué (Honegger) à Fribourg, Lausanne et Genève. Il ne néglige pas pour autant le récital et le concert (Bach, Passion selon Saint Jean) et aborde désormais le répertoire lyrique français (Gounod, Massenet) et italien (Donizetti et Verdi).

  • TRIO HELIOS

  • TRIO HELIOS

    Camille Fonteneau, violon
    Raphaël Jouan, violoncelle
    Alexis Gournel, piano

    site internet / facebook

    Épris de musique de chambre depuis leur plus jeune âge, Camille Fonteneau (violon), Raphaël Jouan (violoncelle) et Alexis Gournel (piano) explorent avec passion l’univers varié du répertoire pour trio avec piano.

    Tous trois issus du CNSMD de Paris, ils fondent en septembre 2014 le Trio Hélios. Ils se produisent dans des salles telles que la Philharmonie de Paris, l’Opéra de Lyon, le Phoenix Hall à Osaka… et sont régulièrement invités dans des festivals prestigieux tels que le Festival d’Auvers-sur-Oise, les Rencontres Musicales d’Evian, le Festival de Beauvais, le Festival Pablo Casals de Prades, à l’émission Jeunes Interprètes de France Musique, ainsi qu’à la Folle Journée de Nantes, Varsovie, et Tokyo. Le trio est également ensemble en résidence au Festival de la Roque d’Anthéron en 2015 et 2016 et au festival des Arcs de 2016 à 2018.
    Au cours de l’année 2016, il assure la création du trio « Orients » de Patrick Otto et interprète le Triple concerto de Beethoven à Paris et à Rennes, qu’il rejoue en 2018 avec l’Orchestre de l’Opéra de Lyon et l’orchestre Ars Fidelis.

    Le Trio Hélios s’est illustré dans de nombreux concours internationaux : en avril 2018 il remporte le deuxième prix du Concours International de Musique de Chambre de Lyon. Lauréat du deuxième prix et du Prix du public au Concours international de musique de chambre d’Illzach en 2015, il remporte la même année le Prix d’honneur au Concours international Léopold Bellan et devient lauréat-boursier de la FNAPEC à l’issue du Concours musiques d’ensemble de Paris.

    Le trio est diplômé du CNSM de Paris dans les classes de Claire Désert (Licence), Itamar Golan et François Salque (Master). Bénéficiant régulièrement des conseils de personnalités telles le Trio Wanderer, les quatuors Ebène, Talich et Modigliani, Yovan Markovitch, Christian Ivaldi, Gary Hoffman, Guillaume Sutre… il est également sélectionné comme Ensemble ECMA – European Chamber Music Academy – lui permettant de se perfectionner régulièrement à travers l’Europe avec des professeurs tels que Hatto Beyerle, Johannes Meissl, Patrick Jüdt… En avril 2018 il a la chance d’être conseillé par Gautier Capuçon sur le Triple Concerto lors d’une masterclasse à la Fondation Louis Vuitton filmée en direct sur Medici.tv.

     

     

     

  • GUILHEM FABRE

  • Guilhem Fabre, piano

    Site internet 

    Pianiste inclassable formé au Cnsm de Paris et à Moscou, Guilhem Fabre est lauréat 2016 de la fondation Banque Populaire et remporte en 2017 le prix Pro Musicis.
    En tant que soliste ou en formation de musique de chambre il se produit en Russie, au Maroc, en Turquie, ainsi qu’en France dans des lieux tels que la Folle Journée de Nantes, le musée d’Orsay ou la Salle Cortot.
    Il privilégie depuis quelques années les expériences artistiques multiples en participant à des initiatives diverses où il peut faire entendre la musique dite classique à des publics plus larges.

    Il est notamment l’initiateur du projet uNopia qui organise des tournées de concerts dans un camion-scène et participe à En Choeur, la formation d’un choeur de prisonnières à Fleury-Mérogis.
    Il est pianiste et comédien dans les dernières créations au Festival d’Avignon de l’écrivain et metteur en scène Olivier Py depuis 2016 (Les Parisiens, Pur Présent)

    On le retrouvera à l’automne 2018 au cinéma dans le film « Curiosa » réalisé par Lou Jeunet, aux côtés de Camélia Jordana et de Niels Schneider, dans le rôle de Claude Debussy, dont il signe aussi des enregistrements pour la bande originale.
    Il participe à partir de 2018 au spectacle « Ze Big Grande Musique » d’Emma la clown dans lequel celle-ci fait une démonstration d’amour à la musique classique, aux côtés de la violoncelliste Myrtille Hetzel et de la violoniste Rachel Givelet.

  • JOHANNE CASSAR

  • Johanne Cassar, Soprano

    Site internet / Facebook 

    « La très belle voix, souple et habile, de Johanne Cassar », Jérémie Spirglas, Le Monde de la Musique

    Johanne Cassar est diplômée de la Guildhall School of Music and Drama de Londres ainsi que du Conservatoire Supérieur de Paris (Premiers Prix de chant lyrique et chant baroque). Elle est titulaire d’un Master de Musique obtenu avec les Félicitations du Jury, et a été chargée de cours à l’Université de Provence (sémiotique musicale).
    Elle est lauréate du concours Muses 2003 (Opéra de Nice), présidé par Dalton Baldwyn, ainsi que du Guildhall Trust 2008 et 2009.

    Elle s’est récemment produite au sein de l’ensemble de solistes dans Giordano Bruno de Francesco Filidei (Teatro Strehler de Milan, Teatro Valli à Reggio Emilia, Casa de Musica à Porto, T2G, Théâtre de Caen) et au Théâtre des Champs Elysées (soprano solo dans des extraits de Guru de Laurent Petitgirard). Elle s’est produite dans le rôle de Mama (Kamchatka, de Daniel D’Adamo) à l’opéra de Reims en novembre 2017 notamment, et a repris ce rôle à New York en juin 2018 à l’American Society.

    Ses rôles incluent Pamina (version de concert Abbaye de Cluny) Didon, dans Didon et Enée de Purcell (Théàtre Mouffetard et Théâtre de la Mezzanine), la Deuxième Dame, dans La Flûte enchantée (Théâtre d’Herblay, direction Jean-Luc Tingaud), Micaëla dans Carmen (théâtre des Remparts, Toulon), Maria, dans West Side Story pour Grange Park/Pimlico Opera (Londres), Giovanna et Contessa Ceprano dans Rigoletto (tournée anglaise, Grange Park Opera), Hyacinthe dans Apollo und Hyacinthus de Mozart (Cartoucherie de Vincennes), la Marraine dans Cendrillon de Laruette (opéras de Reims, Dijon, Cherbourg…), Suor Cercatrice et Suor Converse dans Suor Angelica (Théâtre des Variétés, Monaco), Flore dans Le Malade Imaginaire (Chapelle Royale de Versailles), La Musica dans L’Orfeo (Théâtre Mogador)…

    Elle collabore avec la compagnie Théâtre et Musique, l’ensemble Almaviva, l’Orchestre de la Nouvelle Europe (Nicolas Krauze), La Réjouissance, Le Concert Baroque, Trondheim Barokk, XVIII-21, Le Baroque Nomade, Musicatreize, et participe à de nombreux festivals: Colla Voce à Poitiers, Prima la Musica à Vincennes, Les Chants de la Dore en Auvergne, le Festival de Musique sacrée de Marseille, Este Voce à Pigna, le Festival du Périgord Noir, celui de la musique sacrée de Bruxelles, du Luberon, de Belfort, de La Chaise-Dieu, de Sylvanès, de Lessay, de Périgueux, de la Villa Medicis…

    Sensible aux projets d’échanges musicaux, elle créé le spectacle Qissat ‘awda, pour piano, violoncelle, oud et voix, qu’elle donne au Maroc, soutenue par l’Institut Français, et en Belgique (Quaregnon Piano Festival). Elle s’est produite avec les pianistes Laurent Wagschal et Sodi Braide dans les programmes Méditerranée, Terre de voix (Opéra de Lille, Théâtre de l’Alcazar de Marseille, Concerts en Branqueroie, Belgique, Théâtre de Carcassonne, Institut français de Kenitra…), ainsi qu’avec le pianiste Guilhem Fabre dans un programme de répertoire franco-russe (City Hall de Kazan, Russie).
    Elle a enregistré le disque Pellegrino (ensemble XVIII-21, Le Baroque Nomade,), ainsi que le disque Mélodies d’Henri Tomasi (Label Indésens). Ce dernier fait l’objet de passages réguliers sur France Musique (émissions Les Traverses du Temps, Changez de Disque, La Matinale de Dominique Boutel et le Nocturne d’Olivier Leborgne…). Elle est invitée de France 3 ViaStella pour une interview au sujet de son parcours en 2011.

  • JEAN-CHRISTOPHE BORN


  • JEAN-CHRISTOPHE BORN, Ténor

    Site internet / Facebook

    Jean-Christophe Born passe sa jeunesse au Gabon. À seize ans, il passe une année scolaire aux États-Unis où il s’initie à la musique et à la comédie musicale. Marseille ensuite, le C.N.R. il suis les conseils de Montserrat CaballéElisabeth Cooper, François Le Roux… En 2009 il est sélectionné  par José Cura, pour une master-class à l’Opéra de Nancy.  Il travaille à la Guildhall School de Londres et à  Marseille avec le ténor Gérard Tussau à Marseille. Il est engagé entre autres pour la tournée de Il Viaggio à Reims de Rossini – CFPL 2008 et en 2009, il incarne Monostatos dans la très médiatique Une Flûte enchantée de Peter Brook. Pour la saison 2013/2014 , il intègre l’Opéra Studio de Strasbourg où il suit l’enseignement de S. ValayreM-A Todorovitch, et de J-Ph Lafont. De 2014 à 2016 il incarne l’Aubergiste dans Les Caprices de Marianne, de H. Sauguet, tournée CFPL. En septembre 2015, il est Léandre, dans Le Médecin malgré lui de Gounod à l’Opéra Théâtre de St Etienne. Pour 2016/2018 Il est Marius dans la Comédie Musicale Les Misérables en concert, en tournée dans toute la France. Cette saison il chantera aux cotés de Sumi Jo dans 4 concerts de prestiges en Corée.

    Le ténor Jean-Christophe Born joue et chante les amoureux romantiques avec une conquérante force de conviction.

     

  • JÉRÉMIE MAILLARD

  • Jérémie Maillard, violoncelle

    Jérémie étudie le violoncelle à Reims puis à Paris où il obtient le 1er prix du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Il poursuit brillamment ses études à la Musikhochschule de Detmold en Allemagne et au Royal Northern College of Music de Manchester qui lui décernent les diplômes de cycle de perfectionnement avec félicitations du jury.

    Disciple de Karine Georgian, Michel Strauss et Micha Maisky, il est Premier Prix du Concours International Cassado en Espagne et lauréat des concours de Croydon Symphony orchestra de Londres, d’Epernay, de la Fondation Brizard et des Concerto Auditions du Royal College de Manchester.

    Il mène une carrière de soliste en se produisant avec la Nordwestdeutsche Philharmonie, le Croydon Symphony Orchestra, le RNCM Orchestra et donne de nombreux récitals en Europe et au Japon.
    En France il est l’invité des festivals de la Chaise-Dieu, des Flâneries Musicales de Reims, des Rencontres de Violoncelle de Beauvais, se produit au Musée d’Orsay et au Musée du Louvre.

    Avec l’Ensemble Cairn, il interprète la musique des XX et XXIème siècles ainsi que des créations contemporaines.
    Au sein de l’association Eclats, il se tourne vers le théâtre instrumental de Kagel et la mise en espace du jeu instrumental.
    Pédagogue actif, Jérémie se produit régulièrement à la Cité de la Musique/Philharmonie de Paris où il présente le répertoire pour violoncelle au jeune public et enseigne la musique de chambre au Conservatoire à Rayonnement Départemental de Blanc-Mesnil.

    Membre de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, il enregistre un disque d’ensemble de violoncelles, « les Phil’Art’Cellistes » chez Saphir Productions et réalise un enregistrement des œuvres pour violoncelle et piano de Schumann et Grieg par chez Ut3records.

     

  • QUATUOR AROD


  • Photo: Marco Borggreve

    QUATUOR AROD
    Victoria – violon
    Alexandre Vu – violon
    Tanguy Parisot– alto
    Samy Rachid – violoncelle

    Site internet / Facebook 

    Créé en 2013, le Quatuor Arod remporte le Premier Prix du Concours International de l’ARD de Munich en 2016. Il avait déjà remporté le Premier Prix du concours Carl Nielsen de Copenhague en 2015 et le Premier Prix du Concours européen de la FNAPEC en 2014. En 2017, il est nommé « BBC New Generation Artist » pour les saisons 2017 à 2019, et ECHO Rising Star pour la saison 2018-2019.

    En 2017 et 2018, le Quatuor Arod se produit notamment à l’Auditorium du Louvre, au Théâtre des Bouffes du Nord et à la Philharmonie de Paris, à l’Arsenal de Metz, à Bordeaux et à Montpellier, à Bozar (Bruxelles), à Schloss Elmau, au Mozarteum de Salzbourg, au Black Diamond de Copenhague, au Konzerthaus de Vienne, au Concertgebouw d’Amsterdam, à la Tonhalle de Zurich, au Wigmore Hall de Londres, à Tokyo, en Finlande, en Suisse, en Italie ou encore en Serbie.

    Le Quatuor Arod se produit aussi dans de nombreux festivals : Verbier et Montreux (Suisse), Aix-en- Provence, Menton, Salon-de-Provence, Folle Journée de Nantes, Prades, Heidelberg, Rheingau, Mecklenburg-Vorpommern, Bremen Musikfest, Mozartfest Würzburg, Spring Music Festival de Prague…
    Le Quatuor Arod collabore avec des artistes tels que les altistes Amihai Grosz, Lise Berthaud et Mathieu Herzog, les pianistes Eric Lesage et Alexandre Tharaud, les clarinettistes Martin Fröst, Romain Guyot et Michel Lethiec ou encore les violoncellistes Raphaël Pidoux, Harriet Krijgh, François Salque, Jérôme Pernoo et Bruno Philippe. En 2017, il crée le premier quatuor à cordes du compositeur français Benjamin Attahir (commande de La Belle Saison, de ProQuartet et du Quatuor Arod).

    Le Quatuor Arod enregistre pour le label Erato Warner Classics. Son premier disque consacré à Mendelssohn sort à l’automne 2017.

    Le Quatuor a bénéficié de l’enseignement de Mathieu Herzog et de Jean Sulem ainsi que du Quatuor Artemis à la Chapelle Reine Elisabeth de Bruxelles. Il a travaillé par ailleurs régulièrement avec le Quatuor Ebène et le Quatuor Diotima.
    Le Quatuor Arod est en résidence à la Fondation Singer-Polignac et à ProQuartet – CEMC. Il est lauréat HSBC de l’Académie du Festival d’Aix, et des Fondations Banque Populaire et Safran. Il est soutenu par l’ADAMI et la région PACA. Mécénat Musical Société Générale est le mécène principal du Quatuor Arod.

    Il est habillé par « Blandin et Delloye – Paris ».

  • MAXIME ZECCHINI

  • Maxime Zecchini, piano

    Site internet

    Né en 1979, il intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon dans la classe de Géry Moutier et Danièle Renaud-Fasquelle, où le Diplôme National dʼÉtudes Supérieures Musicales – mention très bien à l’unanimité et félicitations du jury – lui est attribué en juin 2001.

    Il est reçu par la suite au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en Cycle de Perfectionnement dans la classe de Jean-François Heisser. Il est le premier pianiste français à être diplômé de la prestigieuse Académie « Incontri col Maestro » d’Imola en Italie.

    Vainqueur du Concours international d’Arcachon en 2000, Premier Prix à l’unanimité du Concours du Forum de Normandie, lauréat de la Fondation Cziffra, lauréat du Concours Ragusa-Ibla en Sicile en 2002, il a obtenu en 2003 le Premier Prix à l’unanimité du Concours international de Varenna- Lac de Côme en Italie. Il est également Lauréat-boursier de la Vocation- Fondation Marcel Bleustein-Blanchet, de la Fondation Meyer et du Mécénat Musical Société Générale et aussi soutenu par la Mission du Centenaire de la première Guerre Mondiale.

    Il se produit régulièrement à Paris (Salle Gaveau, Théâtre du Châtelet, Salle Cortot, Théâtre Marigny…) et dans le cadre de nombreux festivals et concerts en France comme à l’étranger;
    On a pu l’entendre dans une quarantaine de pays (tournées en Italie, Allemagne, Royaume-Uni, Chine, Corée du Sud, Japon, Afrique du Sud, Inde, Australie, Russie, Amérique Centrale…).

    Il a joué notamment en récital ou en concerto à l’Opéra de Pékin, à l’Opéra de Shanghai, à la Philharmonie de Kiev, avec l’Orchestre National Symphonique de Malaysie, l’Orchestre de Capetown, l’Orchestre National d’Ile-de- France,…

    Son enregistrement en dix disques d’une Anthologie des œuvres pour la main gauche – piano solo, concertos pour piano et orchestre, musique de chambre – est une première dans l’édition discographique (label Ad Vitam Records / Harmonia Mundi) et est distribué dans le monde entier.
    Ce projet a été unanimement salué par la presse ( Télérama, Diapason, Classica, Le Monde, Pianiste, Ouest-France…)
    Maxime Zecchini est passé et a été interviewé sur de nombreuses radios (France Musique, Radio Classique, France Inter, France Culture…), ainsi qu’à la télévision.

    Musicien éclectique, il a orchestré des partitions pour la télévision, dirigé des comédies musicales ou donné des récitals avec la chanteuse Julia Migenes et des concerts- lecture avec l’actrice Anouk Aimée.
    Compositeur, il est l’auteur de nombreuses œuvres et transcriptions et est publié aux éditions Durand-Salabert- Universal Music.

  • DAVID BISMUTH

  • David Bismuth – Pianiste

    Site internet / Facebook

    Désigné par le magazine Pianiste comme l’un des dix pianistes français les plus doués de sa génération, David Bismuth est salué par la critique pour son jeu lumineux et profond, où se conjuguent science de l’architecture et poésie du timbre.

    En 2017/2018, deux nouveaux albums viennent enrichir sa discographie : le premier pour piano seul, consacré à « Beethoven et ses maîtres », paru chez AmeSon ( »ffff » de Télérama). Le second, « Paris 1900 » en duo avec la violoniste Geneviève Laurenceau, paru chez Naïve.
    David Bismuth a également fait ses débuts avec orchestre en Russie, sous la direction de Yuri Bashmet.
    Il fait également ses débuts à la Philharmonie de Paris avec l’Orchestre Pasdeloup (Brahms Concerto 2).

    Ces dernières saisons, David Bismuth s’est produit avec l’Orchestre de Paris (Salle Pleyel), l’Orchestre National de France (Théâtre du Châtelet), l’Orchestre National du Capitole de Toulouse ou l’Orchestre de Nice, sous la direction de chefs tels Andris Nelsons, Jaap van Zweden, Jean-Christophe Spinosi, Cornelius Meister, Michel Plasson ou Rinaldo Alessandrini.

    Il a également participé à de nombreux festivals : La Roque d’Anthéron, Radio France – Montpellier, Piano aux Jacobins, Nohant Festival Chopin, La Chaise Dieu, Colmar, Saintes, Menton, Piano à Lyon, L’Esprit du piano à Bordeaux, La Folle Journée (Nantes et Varsovie), le Gstaad Menuhin Festival, le BBC Hay Festival, le Palazzetto Bru Zane à Venise ou la Villa Medici à Rome, Dom Muzyki à Moscou…
    Chambriste recherché, il partage la scène avec les pianistes Bertrand Chamayou et Adam Laloum, la violoniste Geneviève Laurenceau et la violoncelliste Camille Thomas, et s’associe pour des concerts- lectures avec Alain Duault, Ève Ruggieri ou le comédien Didier Sandre.

    Accordant une place de choix à la musique française, la discographie de David Bismuth est aujourd’hui riche de nombreux enregistrements, avec notamment plusieurs mises en miroirs de compositeurs tels Franck et Fauré, Debussy et Dukas, ou Rachmaninov et Saint-Saëns (**** Classica). Citons également ses disques B.A.C.H.ianas & Transcriptions ( »ffff » de Télérama), l’album Bach Père et Fils (Pianiste « Maestro ») et le CD Made in France, enregistré aux côtés du clarinettiste Pierre Génisson et récompensé d’un Diapason d’Or.

    Initialement formé par Catherine Collard au Conservatoire de Nice, David Bismuth a intégré dès l’âge de quatorze ans le CNSMD de Paris, dans la classe de Gabriel Tacchino puis de Brigitte Engerer. Il s’est ensuite perfectionné avec Monique Deschaussées, héritière d’Alfred Cortot, et avec Maria João Pires, dont la rencontre l’a beaucoup enrichi et inspiré, tant d’un point de vue artistique qu’humain. Les deux artistes ont eu depuis l’occasion de se produire à quatre mains et à deux pianos. David Bismuth a été son assistant durant plusieurs années à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth en Belgique, dont il reste Artiste Associé.

    Par ailleurs, il donne de nombreuses masterclasses chaque année, notamment en Russie, dans le cadre des « Educational Centers for Musicians » dirigés par l’altiste et chef d’orchestre Yuri Bashmet.

  • RENAUD ROUÉ

  • Renaud Roué, jongleur

    Renaud Roué est très tôt intéressé par les formes sphériques, telles les billes, puis les ballons et inévitablement les balles qui deviennent à l’âge de 11 ans des objets de jonglerie. Le rapport intime qu’il entretient avec ses balles ne cesse d’influencer son rêve : devenir artiste jongleur.

    Il intègre en 2011 le CRAC de Lomme où il prend pleinement conscience des possibilités manipulatoires qu’offrent les extrémités de son corps. Renaud jongle en effet avec les mains mais également avec les pieds.
    En 2014 il crée la forme courte « Des pieds et des mains ». La même année il intègre la Compagnie Théâtre Bascule dans « Jongle » pour y jouer plus de 250 représentations.
    En 2016, il rejoint la Compagnie Circonvolution dans les spectacles «V850 » et « Solo pour trois ».
    Début 2017 il fonde la Cie Première Intention et crée en 2018 « Versatile » en co mise en scène avec Johan Swartvagher.

  • FRANÇOIS CASTANG, RÉCITANT

  • À Portée de Mots, le titre de l’émission quotidienne de François Castang sur France Musique pendant 5 ans, reflète bien la passion que cet imposteur porte au discours musical et littéraire.
    Ni musicologue, ni historien de la musique, pas plus enseignant que compositeur, encore moins critique musical, tout juste autodidacte, c’est en simple mélomane que François Castang débute à la radio au milieu des années 80.
    Dans ses émissions, la mise en valeur des interprètes (Les démons de Midi ou Musiques en France), les rencontres avec des mélomanes fervents (Comme de bien entendu ou À portée de mots) et l’écoute respectueuse, mais sans mièvrerie, de ses invités tout aussi enthousiastes que lui, prouvent son intérêt et son respect pour le partage du moment musical.
    Mais le producteur, sans doute inconscient, aime aussi à se faire récitant, conteur, lecteur, diseur, … Nommez- le comme vous le voudrez.
    Sans doute. Car rien ne le préparait véritablement à monter sur un plateau et à partager les risques des artistes musiciens. Ce sont eux, d’ailleurs, qui firent le premier pas vers « l’homme de studio » pour tenter de le transformer en « homme de scène ». L’appel fut trop fort pour résister, et pendant près de quinze ans, François Castang a partagé son temps entre ces deux activités complémentaires.
    span> Au plaisir du grand répertoire dans lequel la voix parlée est mise en valeur par le compositeur s’ajoute tout un travail consacré aux montages, mêlant littérature et musique, et permettant, par jeux de miroirs, de mettre en valeur ces deux disciplines.
    Aujourd’hui François Castang se consacre exclusivement à son activité de récitant.

  • LES ANCHES HANTÉES

  • QUATUOR ANCHES HANTÉES

    Nicolas Chatelain,  clarinette
    Elise Marre,  clarinette
    Romain Millaud, clarinette
    François Pascal, clarinette

    Site internet / Facebook

    Après avoir fêté en grande pompe son 15e anniversaire, le Quatuor Anches Hantées aborde 2018 avec de nombreux projets exaltants : une nouvelle version de son spectacle Ma Mère l’Oye, de nouvelles œuvres au répertoire sans compter plusieurs concerts à l’étranger.

    Premier quatuor de clarinettes lauréat du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, lauréat de la Fondation Banque Populaire, les “Anches Hantées” s’illustrent sur scène par un raffinement sonore, une sincérité d’interprétation et un contact chaleureux  prompt à faire fondre les derniers préjugés sur la “grande musique” d’un auditoire peu accoutumé aux salles de concert.

    En s’appuyant sur un répertoire de transcriptions originales et en revisitant à sa guise les œuvres du passé les plus diverses, le quatuor a non seulement conquis l’intérêt d’un public éclectique et toujours plus large mais il a aussi suscité des œuvres de la part des compositeurs de son temps.

    À la fois pétillant et charmeur, cet ensemble sympathique  dépoussière l’image parfois austère d’un concert traditionnel, balayant les conventions, pour lui insuffler son propre credo, à savoir un accès facilité à la musique dite “classique”. Sa faculté d’imaginer des expériences scéniques audacieuses (partageant l’affiche avec un comédien, une récitante et même un personnage de BD, le fameux Chat de Philippe Geluck) et de proposer des actions ciblées envers les auditeurs les plus jeunes en font l’artisan de la première heure d’un art mis à la portée de tous.

    Où s’arrêteront ces quatre artistes qui passent de Mozart à Trénet comme du menuet au funk ? Retrouvez-les à la télévision aux côtés de Rolando Villazon sur Arte et de Jean-François Zygel sur France 2, dans un livre de contes racontés en musique par Élodie Fondacci, paru l’hiver 2016 chez Gautier-Languereau, à la radio sur France Musique et France Inter et au détour d’un spectacle “Pas si classique” mis en scène par Jean Manifacier.

    En mai 2017, pour célébrer ses 15 ans, le quatuor présente son nouveau disque “Ballabile“. Ce disque est à l’image du Quatuor sur scène, surprenant là où le classique ne l’attend pas, du quatuor à cordes à la valse-jazz en passant par le théâtre musical. En mai et juin 2018, le QAH créée respectivement Bagatelle-Prélude de Benoît Menut (avec le soutien de la Fondation Banque Populaire) et Huit Esquisses de Philippe Hersant(diffusées sur France Musique).

  • EMMANUELLE BERTRAND

  • Emmanuelle Bertrand, violoncelle

    Site internet / Facebook

    « Le violoncelle français a sa muse, elle s’appelle Emmanuelle Bertrand » – Diapason, décembre 2015.

    Révélée au grand public par une Victoire de la Musique en 2002, Emmanuelle Bertrand a été élue Artiste de l’année 2011 par le magazine Diapason et les auditeurs de France Musique (Diapason d’Or de l’année pour son disqueLe violoncelle parle). En 2017 l’Académie des Beaux-Arts lui décerne le prestigieux Prix d’Interprétation Simone et Cino Del Duca.

    Formée aux CNSM de Lyon et Paris, elle reçoit de nombreuses distinctions: lauréate du Concours International Rostropovitch, Premier Prix du Concours de Musique de Chambre du Japon, Prix de l’Académie Internationale Maurice Ravel…

    Dès 1999, elle travaille avec le compositeur Henri Dutilleux qui parle d’elle comme d’une « véritable révélation ». Elle est dédicataire d’œuvres de Nicolas Bacri, Édith Canat de Chizy, Pascal Amoyel, Bernard Cavanna ou Thierry Escaich. Elle a également donné en première mondiale Chanson pour Pierre Boulez de Luciano Berio.

    Passionnée de musique de chambre, elle forme un duo avec le pianiste Pascal Amoyel et enregistre une dizaine de disques à ses côtés. En 2017 elle fonde le Stimmung Trio avec le violoniste Christophe Giovaninetti et le pianiste Michaël Lévinas.
    En tant que soliste, on a pu l’entendre notamment avec l’Orchestre Symphonique de Lucerne, du Grand Montréal, l’Orchestre National d’Ukraine, le BBC National Orchestra of Wales…
    Ses enregistrements parus en solo et en duo avec le pianiste Pascal Amoyel ont tous été récompensés par la critique nationale et internationale (Gramophone, ffff Télérama, Cannes classical award, Diapason d’or…)

    L’année 2020 marquera le 20ème anniversaire du duo qu’elle forme avec Pascal Amoyel. Ses projets comportent également la création du Concerto écrit pour elle par Michaël Lévinas ainsi que l’Intégrale des Suites de Bach à paraître au printemps 2019 (Harmonia Mundi).

  • DMITRY SMIRNOV

  • Dmitry Smirnov est né dans une famille de musiciens à Saint-Peterbourg en 1994 et a commencé son éducation musicale auprès de ses parents.
    Il est lauréat du concours Long-Thibaud-Crespin en 2018, de la Tibor Varga Violin Competition en 2015 et de la Menuhin Violin Competition en 2008.
    Il se perfectionne lors de masterclasses avec Eberhard Feltz, Irvine Arditti, Vadim Gluzman, Gabor Takacs, Vadim Gluzman et a étudié auprès de Pavel Vernikov. Dmitry est actuellement étudiant auprès de Rainer Schmidt à l’Académie de musique de Bâle.
    Il a collaboré avec Heinz Holliger pour les « Swiss Chamber Concerts », avec Giovanni Antonini et Il Giardino Armonico pour le Projet Haydn 2032 et travaille également avec le Kelemen String Quartet. En 2018 il crée son propre ensemble de musique de chambre « Camerata Rhein » basé à Bâle.
    Comme soliste il est invité, pendant la saison 2018/19, à interpréter des concertos de Haydn, Mozart, Mendelssohn, Schumann, Nielsen, Bartok, Prokofiev, Stravinsky, Bernstein entre autre avec les Orchestres Philharmoniques de l’Etat de Moscou (Vladimir Fedoseyev) et Mariinsky-Théâtre Saint-Peterbourg (Valéry Guerguiev), l’Orchestre de chambre et l’Orchestre baroque “Questa Musica” de Moscou, les Festival Strings Lucerne, l’Orchestre Symphonique de Bâle.
    Il a collaboré aussi avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne, l’Orchestre National des Pays de la Loire, le Staatsorchester Mainz, l’Orchestra di Padova e del Veneto …
    Dmitry joue un violon de Philipp Bonhoeffer (fabriqué en 2018).

     

  • MARCO SCILIRONI

  • Marco Scilironi a étudié en Italie avec Federica Righini et Riccardo Zadra, et à la Haute École de Musique de Bâle avec Filippo Gamba. Il a ensuite perfectionné sa formation de pianiste et de musicien de chambre avec Claudio Martínez Mehner, Ferenc Rados et Rainer Schmidt. Il a joué comme soliste avec Sinfonieorchester Basel, Orchestra da Camera di Padova e del Veneto et Archi De Sono et, avec plusieurs groupes de musique de chambre, il a participé entre autres au Festival de Lucerne, au Festival de Wissembourg, au Festival Lavaux Classique et au Swiss Chamber Music Festival (Adelboden). Ses concerts ont été plusieurs fois enregistrés par la radio suisse SRF2. Son intérêt pour la musique contemporaine l’a porté à participer à l’enregistrement de plusieurs CDs pour les labels Claves, Musicmedia Concerto Classics, Odradek, Seed Music.

    En 2014, la Fondation Renzo Giubergia (Milan-Turin) lui a décerné son prix annuel. Outre son activité de concerts et enregistrements, il est pianiste accompagnateur à la Haute École de Musique de Bâle.

  • AMÉLIE RAISON

  • Amélie Raison, Soprano

    Amélie commence son parcours musical par huit années de piano dans la petite école de musique de Cossé-le-Vivien, en Mayenne. C’est à l’âge de dix-huit ans qu’elle découvre le chant lyrique et qu’elle s’y consacre auprès d’Annick Vert au conservatoire d’Evron.

    Après l’obtention d’un Master d’Art-thérapie spécialité Musicothérapie à la Sorbonne et d’un DEM 1ère nommée avec félicitations du jury dans la classe d’Elsa Maurus, elle est reçue au PSPBB, Pôle Supérieur de Paris, Boulogne-Billancourt, dans la classe d’Anne Constantin.

    Elle bénéficie durant sa formation de nombreuses master-classe, notamment auprès de Mireille Delunsch, Karine Deshayes et Alain Garichot. Elle se forme également au Diplôme d’Etat de professeur de chant.

    Elle obtient le prix de la mélodie Charles Lagourgue au Concours d’Excellence de l’UPMCF, ainsi que la 5ème place au Concours d’Honneur de l’Union Professionnelle des Maitres du Chant Français. Passionnée de musique contemporaine, elle créée régulièrement les pièces de jeunes compositeurs notamment avec les ensembles 2E2M et TM+. Elle se produit régulièrement en soliste en Pays de Loire, région de ses débuts, et partout en France, en interprétant de nombreux oratorio. Elle fait également partie de l’Ensemble Aedes dirigé par Mathieu Romano, L’Ensemble Sequenza 9.3 dirigé par Catherine Simonpietri, Arsys Bourgogne dirigé par Mihaly Zéké, l’ensemble baroque Athénais dirigé par Laurence Pottier.

  • CLARA GARDE

  •  Clara Garde, violon

    Née dans une famille de musiciens, Clara Garde a très vite montré un intérêt pour le violon. Pendant sa progression, de nombreuses opportunités s’offrent à elle : elle a la chance de pouvoir partir à Londres, pour y poursuivre sa passion. Actuellement en Master au Royal College of Music, elle joue régulièrement en concerts avec orchestre dirigés par des chefs prestigieux, en musique de chambre et également en soliste. Elle est très reconnaissante du Stephen Bell Charitable Trust, qui a eu la générosité de la soutenir financièrement pour sa deuxième année de Master.

  • FRANÇOIS MOSCHETTA

  • François Moschetta, piano

    Après avoir obtenu son prix au Conservatoire de Toulouse, François Moschetta, est reçu à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Paris en 2014 dans la classe de Michel Beroff. Il étudie depuis l’année dernière avec Marie-Josèphe Jude et bénéficie également des conseils de Philippe Cassard, Jean-François Heisser et Romano Pallotini. Il a une affinité particulière avec les compositeurs russes Rachmaninov et Prokoviev, ainsi que pour la musique française de Debussy et Ravel.

    En 2012, il remporte le 1er prix du Concours International de piano de Nice ; en 2014, le 3ème prix du Concours International d’Ile de France et en juin 2016, le prix du public et le prix d’interprétation de l’oeuvre contemporaine au Concours International de Collioure. Il a été finaliste du dernier concours de la Fondation Cziffra. A 24 ans, il a déjà donné plusieurs récitals dans des festivals en France, en Espagne et 11 en Belgique. Il a joué notamment plusieurs fois au festival de « C’est pas Classique » à Nice, « Musique au Palais » à Toulouse, « En Blanc et Noir » à Lagrasse. Il s’est produit à l’Institut Français de Valencia, à l’Institut Hongrois à Paris, au festival « Toulouse d’été » et a été invité dans l’émission de Philippe Cassard « Portraits de Famille » sur France Musique.

  • THIBAUT REZNICEK

  • Thibaut Reznicek, violoncelle

    Né dans une famille de musiciens, passionné de littérature, Thibaut Reznicek étudie un an en classe préparatoire au lycée Louis-Le-Grand de Paris puis continue une licence de lettres classiques à la Sorbonne. Après être rentré en 2013 au CNSMD de Paris dans la classe de Michel Strauss et Guillaume Paoletti, titulaire d’un DNSMP, Thibaut vient d’obtenir son master de violoncelle dans la classe de Marc Coppey, Pauline Bartissol et Eric-Maria Couturier.

    Il a notamment suivi les cours d’Itamar Golan, de Gérard Poulet, Claire Désert, Mickael Hentz, François Salque, Jean Sulem, Ami Flammer, Patrick Cohen et Kenneth Weiss en musique de chambre et a participé aux Master Classes de Gustav Rivinius et de Gary Hoffman. Il a également participé aux festivals Allegro Vivo de Horn (Autriche), au festival de musique de chambre de Cervo (Italie), aux rencontres musicales du Mont-Dore (Auvergne), au festival Berlioz, Jeunes Talents à Paris, festival Maurice Ravel ainsi qu’aux Journées Ravel de Montfort Lamaury.

    Thibaut s’intéresse également à l’approche historique de l’instrument qu’il étudie avec Bruno Cocset au Conservatoire. Sélectionné pour participer à la session 2015 de l’Orchestre Français des Jeunes Baroques sous la direction de Leonardo Garcia Alarcon, il a ensuite été admis à l’unanimité dans la classe supérieure de violoncelle baroque de Christophe Coin et Bruno Cocset. Il vient de réaliser le premier enregistrement d’une sonate de Boccherini retrouvée en 2017.

    Il fonde en 2016 avec l’organiste Quentin Guérillot (titulaire de la basilique de Saint-Denis) l’ensemble CTESIBIOS dont l’une des vocations principales est la réhabilitation du répertoire pour violoncelle et orgue. Ils se produisent dans différents festivals et enregistreront en 2019 pour la fondation Meyer un disque consacré à la musique de chambre autour de l’orgue

    Thibaut est également passionné par la pédagogie, et enseigne à 13 élèves à Paris, tout en assumant de nombreux concerts en soliste et formations variées (trio, quatuor, duos de violoncelles…). Il vient de gagner le Grand Prix de l’Académie Ravel à Saint-Jean-de-Luz, et étudie cette année avec le violoncelliste Giovanni Gnocchi au Mozarteum de Salzbourg en Post-Graduate. Il fait également partie de l’académie Philippe Jaroussky au sein de laquelle il suit les cours de Christian-Pierre La Marca à la Seine Musicale de Boulogne-Billancourt. Il est boursier du Mécénat Société Générale.

  • THOMAS ENHCO & VASSILENA SERAFIMOVA


  • Thomas Enhco, piano
    Site internet / Facebook

    Vassilena Serafimova, marimba
    Site internet / Facebook


    Que produit la rencontre de deux électrons libres ?

    Depuis sept ans, le pianiste Thomas Enhco et la percussionniste Vassilena Serafimova forment un duo hors normes. Leur premier disque, Funambules, paraît le 8 avril 2016 chez Deutsche Grammophon.
    Ils ont tous deux un parcours à la croisée des genres, entre classique, jazz, influences contemporaines et improvisation.

    Thomas Enhco, membre de la grande famille Casadesus, a baigné dans la musique classique avant de choisir le jazz et l’improvisation. En 2013, il est élu « Révélation de l’année » aux Victoires du jazz. En 2015, Feathers, son quatrième disque, le premier en solo, paraît sur le label Verve et confirme un style énergique et tendre, à son image. En concert, avec plus de 130 dates par an, Thomas Enhco s’affirme comme un artiste captivant et généreux capable de nouer avec son public une relation forte et intime.

    Vassilena Serafimova a vite lâché le violon pour les percussions, l’instrument de son père et de sa sœur. Dans sa Bulgarie natale, elle aborde la musique par l’école russe et intègre le marimba, jeune instrument du XXème siècle, à sa culture classique. Désignée « musicienne de l’année » en 2009 dans son pays, elle tombe amoureuse de Paris lors d’une tournée française et entre au Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Paris, complétant sa formation par un cursus à la Juilliard School de New York. Tantôt percussif, tantôt éolien : elle dévoile avec sensibilité toutes les possibilités du marimba, instrument fascinant et encore méconnu.

    Les chemins de Vassilena et Thomas se croisent… et au carrefour, il y a naturellement Mozart : le marimba et le piano se retrouvent d’égal à égal dans les trois mouvements de la Sonate pour Deux Pianos en Ré Majeur K.448. La virtuosité et l’énergie des deux artistes se déploient avec aisance dans ce chef-d’œuvre à la fois plein d’allégresse et de profondeur, dont ils nous offrent une version jamais entendue jusque-là.

    Vassilena passe naturellement par la transcription pour adapter une fugue de Bach tirée de la Sonate pour Violon Seul n° 1 en Sol Majeur BWV 1001. Aquarium, extrait du Carnaval des Animaux de Saint-Saëns, est quant à lui complètement arrangé pour piano et marimba préparés, offrant une interprétation inventive et pleine de folie. Thomas Enhco ré-harmonise Pavane Op.50 de Gabriel Fauré pour une version plus sombre et mélancolique tandis que Vassilena transforme son marimba en un instrument hybride, entre orgue, violoncelle et basson.

    Il compose pour le duo ; Eclipse, une promenade onirique et romantique, jouant de la légèreté de leurs deux claviers, Palimpseste, qui peint une douce lumière à l’aide des ondes boisées du marimba tandis que la lente mélodie du piano indique le chemin, comme un guide dans une forêt magique.

    Elle lui enseigne un chant traditionnel de sa Bulgarie natale, Dilmano, Dilbero où ils unissent leurs voix claires, et créent une œuvre-fleuve épique et ébouriffante.

    Ils passent commande au compositeur américain Patrick Zimmerli : Signs of Life – Blood Pressure entraîne les deux instruments dans une course folle, saluant au passage Steve Reich. Ils donnent une version pleine de groove de Bitter Sweet Symphony, tube planétaire du groupe de Britpop The Verve.
    D’un style à l’autre, Thomas Enhco et Vassilena Serafimova se déplacent sur une ligne musicale aérienne et énergique qui a pourtant des racines bien ancrées dans la tradition. Un duo innovant, audacieux, entre ciel et terre : deux funambules.

  • Mentions légales

  • 1. Présentation du site.

    En vertu de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site http://musiquealaferme.com/ l’identité des différents intervenants dans le cadre de sa réalisation et de son suivi :

    Propriétaire : Musique à la Ferme Production – – 17 bis Boulevard Victor HUGO 13680 Lançon-Provence
    Créateur : Agence OUACOM
    Responsable publication : Estelle Julien – e.julien@musiquealaferme.com
    Le responsable publication est une personne physique ou une personne morale.
    Webmaster : Ouacom – ouacom@gmail.com
    Hébergeur : 1&1 Internet SARL – 7, place de la Gare BP 70109 57201 Sarreguemines Cedex

    2. Conditions générales d’utilisation du site et des services proposés.

    L’utilisation du site http://musiquealaferme.com/ implique l’acceptation pleine et entière des conditions générales d’utilisation ci-après décrites. Ces conditions d’utilisation sont susceptibles d’être modifiées ou complétées à tout moment, les utilisateurs du site http://musiquealaferme.com/ sont donc invités à les consulter de manière régulière.

    Ce site est normalement accessible à tout moment aux utilisateurs. Une interruption pour raison de maintenance technique peut être toutefois décidée par Musique à la Ferme Production, qui s’efforcera alors de communiquer préalablement aux utilisateurs les dates et heures de l’intervention.

    Le site http://musiquealaferme.com/ est mis à jour régulièrement par Estelle Julien. De la même façon, les mentions légales peuvent être modifiées à tout moment : elles s’imposent néanmoins à l’utilisateur qui est invité à s’y référer le plus souvent possible afin d’en prendre connaissance.

    3. Description des services fournis.

    Le site http://musiquealaferme.com/ a pour objet de fournir une information concernant l’ensemble des activités de la société.

    Musique à la Ferme Production s’efforce de fournir sur le site http://musiquealaferme.com/ des informations aussi précises que possible. Toutefois, il ne pourra être tenue responsable des omissions, des inexactitudes et des carences dans la mise à jour, qu’elles soient de son fait ou du fait des tiers partenaires qui lui fournissent ces informations.

    Tous les informations indiquées sur le site http://musiquealaferme.com/ sont données à titre indicatif, et sont susceptibles d’évoluer. Par ailleurs, les renseignements figurant sur le site http://musiquealaferme.com/ ne sont pas exhaustifs. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne.

    4. Limitations contractuelles sur les données techniques.

    Le site utilise la technologie JavaScript.

    Le site Internet ne pourra être tenu responsable de dommages matériels liés à l’utilisation du site. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour

    5. Propriété intellectuelle et contrefaçons.

    Musique à la Ferme Production est propriétaire des droits de propriété intellectuelle ou détient les droits d’usage sur tous les éléments accessibles sur le site, notamment les textes, images, graphismes, logo, icônes, sons, logiciels.

    Toute reproduction, représentation, modification, publication, adaptation de tout ou partie des éléments du site, quel que soit le moyen ou le procédé utilisé, est interdite, sauf autorisation écrite préalable de : Musique à la Ferme Production.

    Toute exploitation non autorisée du site ou de l’un quelconque des éléments qu’il contient sera considérée comme constitutive d’une contrefaçon et poursuivie conformément aux dispositions des articles L.335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle.

    6. Limitations de responsabilité.

    Musique à la Ferme Production ne pourra être tenue responsable des dommages directs et indirects causés au matériel de l’utilisateur, lors de l’accès au site http://musiquealaferme.com/, et résultant soit de l’utilisation d’un matériel ne répondant pas aux spécifications indiquées au point 4, soit de l’apparition d’un bug ou d’une incompatibilité.

    Musique à la Ferme Production ne pourra également être tenue responsable des dommages indirects (tels par exemple qu’une perte de marché ou perte d’une chance) consécutifs à l’utilisation du site http://musiquealaferme.com/.

    Des espaces interactifs (possibilité de poser des questions dans l’espace contact) sont à la disposition des utilisateurs. Musique à la Ferme Production se réserve le droit de supprimer, sans mise en demeure préalable, tout contenu déposé dans cet espace qui contreviendrait à la législation applicable en France, en particulier aux dispositions relatives à la protection des données. Le cas échéant, Musique à la Ferme Production se réserve également la possibilité de mettre en cause la responsabilité civile et/ou pénale de l’utilisateur, notamment en cas de message à caractère raciste, injurieux, diffamant, ou pornographique, quel que soit le support utilisé (texte, photographie…).

    7. Gestion des données personnelles.

    En France, les données personnelles sont notamment protégées par la loi n° 78-87 du 6 janvier 1978, la loi n° 2004-801 du 6 août 2004, l’article L. 226-13 du Code pénal et la Directive Européenne du 24 octobre 1995.

    A l’occasion de l’utilisation du site http://musiquealaferme.com/, peuvent êtres recueillies : l’URL des liens par l’intermédiaire desquels l’utilisateur a accédé au site http://musiquealaferme.com/, le fournisseur d’accès de l’utilisateur, l’adresse de protocole Internet (IP) de l’utilisateur.

    En tout état de cause Musique à la Ferme Production ne collecte des informations personnelles relatives à l’utilisateur que pour le besoin de certains services proposés par le site http://musiquealaferme.com/. L’utilisateur fournit ces informations en toute connaissance de cause, notamment lorsqu’il procède par lui-même à leur saisie. Il est alors précisé à l’utilisateur du site http://musiquealaferme.com/ l’obligation ou non de fournir ces informations.

    Conformément aux dispositions des articles 38 et suivants de la loi 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, tout utilisateur dispose d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données personnelles le concernant, en effectuant sa demande écrite et signée, accompagnée d’une copie du titre d’identité avec signature du titulaire de la pièce, en précisant l’adresse à laquelle la réponse doit être envoyée.

    Aucune information personnelle de l’utilisateur du site http://musiquealaferme.com/ n’est publiée à l’insu de l’utilisateur, échangée, transférée, cédée ou vendue sur un support quelconque à des tiers. Seule l’hypothèse du rachat de Musique à la Ferme Production et de ses droits permettrait la transmission des dites informations à l’éventuel acquéreur qui serait à son tour tenu de la même obligation de conservation et de modification des données vis à vis de l’utilisateur du site http://musiquealaferme.com/.

    Le site n’est pas déclaré à la CNIL car il ne recueille pas d’informations personnelles. .

    Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

    8. Liens hypertextes et cookies.

    Le site http://musiquealaferme.com/ contient un certain nombre de liens hypertextes vers d’autres sites, mis en place avec l’autorisation de Musique à la Ferme Production. Cependant, Musique à la Ferme Production n’a pas la possibilité de vérifier le contenu des sites ainsi visités, et n’assumera en conséquence aucune responsabilité de ce fait.

    La navigation sur le site http://musiquealaferme.com/ est susceptible de provoquer l’installation de cookie(s) sur l’ordinateur de l’utilisateur. Un cookie est un fichier de petite taille, qui ne permet pas l’identification de l’utilisateur, mais qui enregistre des informations relatives à la navigation d’un ordinateur sur un site. Les données ainsi obtenues visent à faciliter la navigation ultérieure sur le site, et ont également vocation à permettre diverses mesures de fréquentation.

    Le refus d’installation d’un cookie peut entraîner l’impossibilité d’accéder à certains services. L’utilisateur peut toutefois configurer son ordinateur de la manière suivante, pour refuser l’installation des cookies :

    Sous Internet Explorer : onglet outil (pictogramme en forme de rouage en haut a droite) / options internet. Cliquez sur Confidentialité et choisissez Bloquer tous les cookies. Validez sur Ok.

    Sous Firefox : en haut de la fenêtre du navigateur, cliquez sur le bouton Firefox, puis aller dans l’onglet Options. Cliquer sur l’onglet Vie privée.
    Paramétrez les Règles de conservation sur : utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique. Enfin décochez-la pour désactiver les cookies.

    Sous Safari : Cliquez en haut à droite du navigateur sur le pictogramme de menu (symbolisé par un rouage). Sélectionnez Paramètres. Cliquez sur Afficher les paramètres avancés. Dans la section « Confidentialité », cliquez sur Paramètres de contenu. Dans la section « Cookies », vous pouvez bloquer les cookies.

    Sous Chrome : Cliquez en haut à droite du navigateur sur le pictogramme de menu (symbolisé par trois lignes horizontales). Sélectionnez Paramètres. Cliquez sur Afficher les paramètres avancés. Dans la section « Confidentialité », cliquez sur préférences. Dans l’onglet « Confidentialité », vous pouvez bloquer les cookies.

    9. Droit applicable et attribution de juridiction.

    Tout litige en relation avec l’utilisation du site http://musiquealaferme.com/ est soumis au droit français. Il est fait attribution exclusive de juridiction aux tribunaux compétents de Paris.

    10. Les principales lois concernées.

    Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, notamment modifiée par la loi n° 2004-801 du 6 août 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

    Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.

    11. Lexique.

    Utilisateur : Internaute se connectant, utilisant le site susnommé.

    Informations personnelles : « les informations qui permettent, sous quelque forme que ce soit, directement ou non, l’identification des personnes physiques auxquelles elles s’appliquent » (article 4 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978).